Accéder au contenu principal

Histoire d'amour, mais pas pour toujours

J'ai une jolie petite histoire à te raconter. Mais celle là, elle ne se fini pas comme dans un conte de fée.

Il y a quelques temps, je te parlais d'un garçon, qu'on nommera Doudou. Ce soir, je ne vais pas bien. Pas à cause de lui, mais à cause de moi. Et j'ai besoin d'écrire, j'ai besoin de crier, j'ai besoin de pleurer, j'ai besoin de me lamenter. J'ai besoin d'être entendue, comprise.

J'ai encore merdé. Merdé sur toute la ligne.

Doudou, je l'ai rencontré il y a environ 4 mois sur Tinder, oui, sur Tinder, je n'ai pas honte de le dire. Tout a été très vite entre nous, peut-être trop vite même. Au bout de quelques échange par messages Facebook, on a directement décidé de se voir. En toute honnêteté, je ne croyais plus en l'amour avant de le rencontrer. Et encore moins en l'amour sur un site de rencontre. Je ne comptais pas me remettre en couple, du moins, si ça devait se faire, je voulais faire les choses bien, et ne pas me précipiter comme j'ai toujours eu tendance à faire. J'aurais du.

Dès notre première rencontre, j'ai eu ce qu'on peut appeler un coup de foudre. Ah je te jure. Un vrai. Au début, je pensais que j'en faisais encore des tonnes, mais non. Doudou il était atypique. Un bel agent immobilier, très classe, très souriant, très sérieux. Mais une fois sa chemise retiré, il devenait ce drôle de mec, totalement décalé de la réalité. Et c'est d'ailleurs ce drôle de mec qui m'a tapé dans l'œil. C'est ça qui m'a rendue folle. Je venais enfin de rencontrer un garçon qui n'avait pas peur d'être lui face à une fille. Face à moi. Son naturel m'a bluffé. Et le mien aussi.

En quelques semaines seulement, des sentiments d'amour sont nés. Je n'avais pas ressenti ça depuis tellement longtemps. En faite, c'est un sentiment que j'avais ressenti qu'une seule fois dans ma vie, et là, ça recommençais à nouveau, et je n'y croyais pas. C'était si fort. Doudou, il avait tout. Je ne te parle même pas de ses atouts physiques. Je te parle de son mental. Mignonet, à me faire mourir de rire à longueur de temps, à m'écouter lui raconter mes histoires puérils et sans trop d'intérêts pendant des heures, à me soutenir, quoi qu'il arrive, à m'accepter, tout simplement. Il été différent des autres. Lui, il été fait pour moi. J'en été certaine. Il été à moi.

Mais rien n'est parfait. Trop de travail de mon côté, et trop du sien. On se voyait moins, et cette petite distance qui s'est installé m'a fait mal. Mais ça, il ne l'a jamais su. Tu me diras que la communication dans un couple c'est le plus important, et je le sais. Mais je crois que j'avais tellement peur qu'il me laisse, comme les autres ont pu le faire, que je me suis dis que tant pis, je laissais passer, puis ça s'arrangerais. Qu'on trouverait plus de temps pour nous. Mais non.

Ces derniers temps je n'allais pas très bien, et je me suis sentie incomprise, délaissée. J'avais le sentiment de le gonfler avec mes histoires. Le sentiments que mes histoires ne l'intéressait plus. Le sentiment de ne plus être écouter par mon petit ami. Le sentiment d'être seule. Mais, idiote que je suis, j'ai commencé à me poser des milliards de questions et à me faire  une multitude de films. Il ne m'aime pas, il s'en fou de moi, je suis que son passe temps, il veut juste des câlins, il veut juste de l'affection, il a pas besoin de moi....

A ce moment là, je me suis rendue compte qu'on ne parlait plus de naissance de sentiments. Je suis tombé amoureuse de lui. Je me sens bête d'écrire tout ça, parce qu'il ne l'a jamais su non plus.

Il y a quelques jours, j'ai alors décidé de mettre un terme à notre relation, et pour tout te dire, je ne m'étais pas sentie si mal depuis des années. L'amour m'a tuée une première fois, j'ai pris peur face à tout ça et j'ai agis comme une égoïste. Je ne voulais pas que ça recommence. Je ne voulais plus tout ça. J'ai été lâche, nulle. Je n'ai même pas fait l'effort d'aller vers lui. Non, j'ai préféré regarder les films que je m'étais fait dans ma tête et me persuader que mes idées noires étaient sûrement vrai. Au bout du compte, je me rends malade, parce que je l'ai blessé, et je me suis blessée aussi. Je crois que le pire dans cette histoire, c'est que je suis là à me lamenter, alors que c'est moi qui ai merdé.

Je lui reproche des choses, mais pas autant que ce tout ce que j'ai pu lui dire. Il a ces défauts, mais dans toute cette histoire, j'ai oubliée que j'étais la première à en avoir. Je suis sûre d'une chose, il fait parti de ces rares personnes qui ont marqué ma vie. 4 mois c'est rien tu me diras, mais 4 mois avec lui, ce n'était pas rien. Il a bouleversé beaucoup de choses dans ma vie. Il a réussi à faire fondre ce bloc de glace que j'étais devenu avec les garçon, il a su me redonner confiance, me faire sentir importante aux yeux de quelqu'un. Je regrettes, mais le mal est fait.

Je ne l'oublierais pas.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Lettre à ma plus belle étoile

C'est un jour spécial aujourd'hui. Nous sommes le 28 mai, et comme tu le sais, c'est la fêtes des mères. Malheureusement, beaucoup de personnes n'ont pas la chance d'avoir leur maman à leur côté en ce jour, et comme tout les autres jours de l'année d'ailleurs. Si tu me lis, tu sais que quand j'écris, ce n'est pas par obligation, mais seulement par envie, par besoin. J'ai le cœur serré, les yeux gonflés, la tête qui va exploser, mais j'ai besoin de m'exprimer, surtout envers elle, parce qu'aujourd'hui, c'est à elle que j'ai envie de m'adresser. 
"Ma jolie maman, 
Ça fait un petit moment que je songes à t'écrire une lettre, mais je trouvais l'idée un peu étrange, et surtout ridicule. Pourquoi écrire à quelqu'un qui n'auras sûrement jamais l'occasion de lire ces mots ?  J'en ai aucune idée, mais au moins, en t'écrivant, j'ai l'impression d'être à côté de toi, et de te parler,…

Maman, pourquoi tu es si différente ?

Je t'avoue que je ne sais pas trop où je vais, ni ce que je vais vraiment écrire dans cet article. Je m'excuse d'avance pour l'orthographe, et je m'excuse pour les personnes bipolaire qui liront cet article et si ces personnes là sont gênés que j'emploie le terme "maladie", mais pour moi, la bipolarité est une maladie.

Je t'ai déjà parlé de ma petite famille, mais j'ai toujours survolé celle que je nomme depuis le début, "Nanou". Mais aujourd'hui, tu vas enfin savoir qui elle est, parce qu'aujourd'hui est un jour très particulier pour moi. Nous sommes le 7 avril 2017, enfin, le 6, je sais, mais j'ai pris quelques heures d'avances... et bref, ça fait 3 ans, que ma maman nous as quitté. Et elle me manque terriblement.
Je n'ai jamais été comme toutes ses petites filles, qui prennent leur maman comme modèle et qui en parle comme ci elle était leur idole, le centre de leur monde. Moi, je n'ai jamais voulu ressemb…

Les copines d'abord. Ou pas.

J'ai envie de te parler d'une amie. Une amie que tu connais sûrement toi aussi. J'écris cet article parce qu'aujourd'hui, je suis persuadé que l'amitié peut faire autant de mal que l'amour. Cette amie m'a déçu, et fait beaucoup de mal. Et je suis presque sûre qu'elle t'as déçu à toi aussi à un certain moment de ta vie.
Cette amie, c'est celle qui t'avais promis de ne jamais te lâcher la main, quoi qu'il arrive. Même si le plus beau mec de la terre venait la demander en mariage.  AHHHH on y est, encore à cause d'un mec ! Et pourtant. Tu sais, je ne suis pas de ces filles qui se révoltent "LES COPINES AVANT UNE PAIRE DE COUILLES", non, absolument pas. Je trouve même cette phrase assez vulgaire très conne. Mais je ne suis pas non plus de celles qui se renferment dans ce cocon d'amour et qui ont tendance à oublier tout ce qu'il y a autour. Notamment leur copines. Moi, je suis de ces filles qui savent faire la part d…

Hellocoton

Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez Lili-menard sur Hellocoton

Facebook

Instagram