Accéder au contenu principal

Lettre à ma plus belle étoile

C'est un jour spécial aujourd'hui. Nous sommes le 28 mai, et comme tu le sais, c'est la fêtes des mères. Malheureusement, beaucoup de personnes n'ont pas la chance d'avoir leur maman à leur côté en ce jour, et comme tout les autres jours de l'année d'ailleurs. Si tu me lis, tu sais que quand j'écris, ce n'est pas par obligation, mais seulement par envie, par besoin. J'ai le cœur serré, les yeux gonflés, la tête qui va exploser, mais j'ai besoin de m'exprimer, surtout envers elle, parce qu'aujourd'hui, c'est à elle que j'ai envie de m'adresser. 

"Ma jolie maman, 

Ça fait un petit moment que je songes à t'écrire une lettre, mais je trouvais l'idée un peu étrange, et surtout ridicule. Pourquoi écrire à quelqu'un qui n'auras sûrement jamais l'occasion de lire ces mots ?  J'en ai aucune idée, mais au moins, en t'écrivant, j'ai l'impression d'être à côté de toi, et de te parler, comme ci rien n'avait jamais changé. Tu me manques tellement, et pourtant, ce n'est encore que le début. Tu es depuis quelques années déjà à des milliards de kilomètres de moi, et en faite, je ne sais même pas où tu es réellement. Tu es si loin mais si près à la fois. C'est fou. Je penses souvent à toi, beaucoup trop souvent même, mais je n'en parles pas, parce que quoi que je dises, ou quoi que je fasses, je sais que rien ne changeras, et que tu ne seras pas là pour autant. Alors, je prends sur moi et je fais en sorte de toujours rester cette petite fille forte que vous avez toujours vu en moi, en essayant de vivre avec ce manque quotidien. 

Si je t'écris ces mots aujourd'hui, ce n'est pas seulement parce que nous sommes le 28 mai. Cette semaine, j'ai rêvée de toi. Si on peut appeler ça un rêve. Tu étais là, vivante. Tu étais toute souriante, mais tu avais le regard vide, je voyais bien que quelque chose n'allait pas. Tu nous disais que c'était une blague, que tu n'étais jamais parti, mais que tu avais toujours été là, les deux pieds sur terre, avec nous. C'était juste une mauvaise blague. Tout le monde t'en voulais, mais pas moi. Je me suis réveillée, en sueur, persuadée que ta mort été vraiment une blague. J'ai essayée de t'appeler et je me suis vite rendue compte que ça ne sonnait pas, que ça ne sonnerait plus. Et c'est seulement à ce moment là que je me suis rappeler que c'était seulement un mauvais rêve. Tu sais, parfois, j'ai du mal à me souvenir de ton rire, de ta voix, de ton visage, et dans ce rêve, tout avait l'air si réel.

J'ai des petites choses à te confier. 3 années se sont déjà écoulées, et j'ai tellement changé depuis ton départ. Tu as ratée énormément de choses dans ma vie, et je trouves ça si triste. J'ai vécu, comme toutes jeunes filles de mon âge, des belles histoires, mais aussi des très douloureuses, et j'aurais tellement voulu te raconter tout ça, et pouvoir en rire, ou en pleurer avec toi. J'ai souvent l'impression d'essayer de me faire du mal, mais je te jures que non, ce n'est pas le cas. J'ai juste tendance à me projeter dans l'avenir, parce que c'est plus fort que moi, et je me dis qu'encore une fois, tu ne seras pas là. Je m'imagines dans ma future vie d'adulte, où je n'aurais pas cette chance de vivre les plus beaux jours de ma vie auprès de toi. Je me demandes souvent qui sera là quand je tomberais enceinte, et comment j'expliquerais à mes enfants que mamie Nanou les aimes, mais qu'ils ne la rencontreront malheureusement jamais. Je me demandes aussi qui sera là pour m'aider à choisir ma robe de mariée, pour m'épauler, pour me soutenir dans cette étape importante de la vie. C'est un peu con de se projeter comme ça, mais je me demandes comment seras le reste de ma vie sans toi. Je te dis ça, mais je ne sais même pas si j'aurais d'enfants, ni même si un jour je serais une mariée, mais si ça devait arrivée, dit moi qui sera là dans le rôle de maman ? On a toutes besoin d'une maman, dans n'importe qu'elle étape de notre vie. Je sais que j'ai de la chance d'avoir papa, et que quoi qu'il arrive, il est toujours là, mais tu sais, parfois j'essaies de me confier à lui, et je le fais, parce que j'ai ce besoin de parler, mais j'ai conscience que ce n'est pas une maman, et qu'il n'a pas le même regard que tu pourrais avoir. Je ne peux pas lui parler de tout. Et ça, maman, ça me fais mal. Ce n'est pas de sa faute, c'est juste que c'est un papa, et qu'avec un papa, certains sujet sont plus délicats à aborder. Je lui parles souvent de ma vie, de mes histoires amoureuses, de mes déceptions aussi, mais c'est pas si facile que ça. Je ne peux pas tout dire dans les moindres détails. Marjo est aussi beaucoup présente. Elle est là au quotidien, comme tu l'aurais voulu, et je sais que tu es fière de ce qu'elle fait pour nous, pour moi. Elle ne me lâches jamais la main, et ça, depuis déjà 3 ans, et heureusement qu'elle est là. Mais encore une fois, elle n'est pas toi. Ton absence devient si longue maman. 

Je n'aimes pas l'idée de me dire que je ne te reverrais que dans un autre monde, ou peut-être même jamais, mais cette idée là, je suis obligée de m'y faire et de me l'encrée au fin fond de la tête, parce que je n'ai pas le choix.

Maman, je n'ai pas envie de te souhaiter une bonne fête des mères, car ça ne sert strictement à rien.. j'ai juste envie de t'envoyer tout pleins de bisous d'amour, gros gros gros. Je t'aime" 





Commentaires

  1. Ça me fend le cœur de lire tout ça, je ne peux pas imaginer à quel point c'est difficile... Je ne peux absolument rien dire qui change quelque chose à ta peine, je voulais juste écrire un petit mot, pour t'envoyer beaucoup d'amour et de courage..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Petite Lisa,
      Je ne peux m'empêcher d'exprimer la douleur que je ressens pour toi .....Mai j'ai aussi envie de te dire qu'à mon sens, l'essentiel est que nanou soit toujours avec toi, et que tu l'emmènes partout....en cours, en vacances et dans tes rêves. Elle serait morte si on ne l'a faisait plus vivre en nous..... et ça, c'est impossible.....Elle est là et elle le restera toute notre vie, et elle sera dans la vie de tes enfants: tu l'as fera vivre et tu leur racontera ce qu'elle aimait et détestait....et ce qu'elle aurait fait pour eux....
      Elle sera là à chaque moment de ta vie et tu as le droit de vouloir hurler ta colère. Tu as le droit et ne te prive pas pour le faire .....
      Je t'embrasse fort et sache que je n'aurais jamais voulu t'écrire ces lignes....
      Et bien évidemment, you're welcome ;)
      flo bisbal

      Supprimer
    2. ton message m'a mis les larmes aux yeux. Milles merci pour ces mots qui me vont tout droit au coeur. Bisous

      Supprimer
  2. C'est un bien beau message d'amour que tu envoies là à ta maman. Elle veille sur toi d'où elle est.
    Et dans tous ces moments où tu te demandes si elle sera là, j'ai envie de te dire que oui. Elle sera là avec toi, dans ton coeur. Dans tes pensées. Comme elle est là aujourd'hui dans tes joies et dans tes peines. Muette mais présente. TU continues à la faire vivre auprès de toi et même si parfois les souvenirs s'affadissent, un rêve te la ramène plus près de toi.
    des bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ton message est magnifique, et il me soulage. Je me sens comprise par tes mots. Elle sera toujours là, j'en suis certaine. Elle vit auprès de moi, elle vit en moi. Gros bisous

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Maman, pourquoi tu es si différente ?

Je t'avoue que je ne sais pas trop où je vais, ni ce que je vais vraiment écrire dans cet article. Je m'excuse d'avance pour l'orthographe, et je m'excuse pour les personnes bipolaire qui liront cet article et si ces personnes là sont gênés que j'emploie le terme "maladie", mais pour moi, la bipolarité est une maladie.

Je t'ai déjà parlé de ma petite famille, mais j'ai toujours survolé celle que je nomme depuis le début, "Nanou". Mais aujourd'hui, tu vas enfin savoir qui elle est, parce qu'aujourd'hui est un jour très particulier pour moi. Nous sommes le 7 avril 2017, enfin, le 6, je sais, mais j'ai pris quelques heures d'avances... et bref, ça fait 3 ans, que ma maman nous as quitté. Et elle me manque terriblement.
Je n'ai jamais été comme toutes ses petites filles, qui prennent leur maman comme modèle et qui en parle comme ci elle était leur idole, le centre de leur monde. Moi, je n'ai jamais voulu ressemb…

Les copines d'abord. Ou pas.

J'ai envie de te parler d'une amie. Une amie que tu connais sûrement toi aussi. J'écris cet article parce qu'aujourd'hui, je suis persuadé que l'amitié peut faire autant de mal que l'amour. Cette amie m'a déçu, et fait beaucoup de mal. Et je suis presque sûre qu'elle t'as déçu à toi aussi à un certain moment de ta vie.
Cette amie, c'est celle qui t'avais promis de ne jamais te lâcher la main, quoi qu'il arrive. Même si le plus beau mec de la terre venait la demander en mariage.  AHHHH on y est, encore à cause d'un mec ! Et pourtant. Tu sais, je ne suis pas de ces filles qui se révoltent "LES COPINES AVANT UNE PAIRE DE COUILLES", non, absolument pas. Je trouve même cette phrase assez vulgaire très conne. Mais je ne suis pas non plus de celles qui se renferment dans ce cocon d'amour et qui ont tendance à oublier tout ce qu'il y a autour. Notamment leur copines. Moi, je suis de ces filles qui savent faire la part d…

Hellocoton

Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez Lili-menard sur Hellocoton

Facebook

Instagram